Introduction à l'hypnose clinique




Retour au plan du site


La boulimie

Un jour, j'ai reçu en consultation une charmante vieille dame qui souffrait d'un trouble du comportement alimentaire dont souffrent habituellement des jeunes femmes, voire des adolescentes. Je veux parler de ces compulsions incontrôlables qui poussent à manger à grande vitesse des quantités considérables d'aliments. La crise, qui se vit presque toujours dans la honte et la clandestinité, peut se répéter plusieurs fois par jour, et cela pendant des années. Elle est la plupart du temps suivie par un vomissement volontaire. Lorsque cela n'est pas le cas, la personne utilise des laxatifs, des diurétiques ou s'oblige à des restrictions alimentaires allant jusqu'au jeûne.

Cette vieille dame était l'esclave de telles crises à raison de 12 à 20 fois par jour ! Elle n'avait plus de vie sociale et souffrait de carences considérables. Ses dents et son oesophage étaient l'objet des agressions objectives de l'acide chlorydrique. Les médications symptomatiques cachaient parfois les symptômes mais laissaient derrière elles leur propre cortège d'effets secondaires. De longs mois de cet assujettissement compulsif destructeur avaient amené ma patiente à envisager une délivrance des plus radicales. Cette dame est pourtant parvenue à se libérer totalement de ce comportement asservissant après un nombre relativement réduit de séances d'hypnose.

D'autres patientes, toutes beaucoup plus jeunes, ont également réussi à surmonter grâce à une thérapie par hypnose ce trouble du comportement alimentaire. Je dis "d'autres patientes", mais il y a bien sûr aussi des patients car ce trouble, même s'il concerne une population essentiellement féminine, n'épagne pas le sexe masculin.

Que s'est-il passé ? Comment l'hypnose a-t-elle influencé favorablement ces patientes au point de leur permettre de se libérer d'un trouble dont tous les thérapeutes s'accordent à reconnaître l'ancrage profond.

D'abord, considérons les signes cliniques qui évoquent le trouble boulimique. On retrouve quasi systématiquement :
- des épisodes récidivants de "gavage", accompagnés de restrictions alimentaires sévères ou suivis de purges systématiques (vomissements, laxatifs, diurétiques...)
- un sentiment de perte de contrôle du comportement alimentaire
- une préoccupation excessive au sujet du poids et de l'apparence, une peur panique de grossir
- une distorsion profonde de l'image du corps
- un sentiment de honte, de dévalorisation, de culpabilité, de dégoût profond de soi
Chose importante : les personnes boulimiques peuvent être d'un poids trop faible, normal ou excessif. Par ailleurs, une même personne peut vivre successivement des périodes anorexiques et boulimiques.

Face à cette constellation de symptômes, on se dit bien évidemment qu'il est nécessaire de se pencher sur l'origine des troubles et cette origine, on le sait, est propre à chaque individu. Chaque patient a une histoire, des carences affectives, des traumas, des relations avec ses parents qui lui sont propres. Dans cette optique, l'hypnose peut permettre de clarifier une situation, de faire remonter dans le conscient des informations refoulées. Elle peut aider l'individu à reconstruire un puzzle jamais terminé. Elle peut lui permettre de comprendre comment s'est installé et organisé le trouble dont il souffre. Lui faire comprendre aussi que ce trouble n'est qu'une "expression" et que, lorsque l'on se reconnecte à l'origine d'un symptôme, celui-ci perd sa raison d'être.

Si cette approche de l'hypnose souligne que chaque individu est unique, une autre approche de l'hypnose nous montre également que ce qui est commun à tous les individus, c'est le fonctionnement de nos comportements : la compulsion, l'angoisse, la culpabilité, la multiplication des accès de boulimie... Et autant il faut du temps pour revisiter notre histoire personnelle, autant l'action sur les comportements, les schémas de pensée, les croyances, l'image du corps et l'image de soi peut être très rapide.

On s'en rend compte, l'alliance entre ces deux approches parfaitement complémentaires permet de modifier rapidement certains comportements, de réduire le nombre de crises, de restaurer une image du corps plus réaliste. Elle présente l'immense avantage d'apporter aux patients un apaisement rapide, un confort de vie depuis longtemps oublié. L'énergie ainsi retrouvée sert très directement la thérapie qui peut alors être entamée dans la foulée, ou permet à une thérapie déjà entamée de connaître une nouvelle dynamique.


VOYEZ EGALEMENT DANS LA COLONNE DE GAUCHE
LA PAGE INTITULÉE "PERDRE DU POIDS GRÂCE À L'HYPNOSE".